Du Style Empire au Néo-classicisme

Du Style Empire au Néo-classicisme

Le mouvement néoclassique naît dans le contexte d’un profond renouvellement de la culture et de la société (littérature, peinture, sculpture et architecture). Il commence à se diffuser à partir du milieu du XVIIIe siècle (1750), et se termine avec la fin de l’empire napoléonien en 1815 et l’abdication de Napoléon III en 1870 au son des tirs de canons prussiens
Dans le domaine artistique, le néoclassicisme identifie la propension au retour à l’ancien. Cette forme d’expression artistique s’étend des vêtements aux tissus, aux arts figuratifs, aux meubles, ainsi qu’à la décoration architecturale. Créant une forte rupture avec le style rococo, connu pour l’extravagance de ses décoration, le style néoclassique propose des lignes très simples, droites, parfois légèrement cintrées, afin de transmettre une sensation d’agilité et de force.

Le Style Néo-classique dans la mode du XVIIIème siècle


Quels ont été les principaux facteurs ayant contribué à stabilité économique et sociale de l’époque néoclassique?
L’augmentation démographique, la peste ayant été déjà éradiquée quelques années plus tôt, ce qui se traduisit en une véritable amélioration des conditions hygiéniques  ainsi qu’en l’exploitation des terres incultes et la révolution industrielle.
Sur le plan culturel, l’alphabétisation contribua à la hausse du niveau culturel de la communauté.  Des idéaux d’égalité sociale, de multiples découvertes archéologiques s’imposèrent (comme Herculanum et Pompéi, vers 1740)
D’un point de vue esthétique, le concept de béauté refait surface, se traduisant en harmonie, équilibre, sang-froid, symétrie, proportion ainsi qu’en une tendance à la perfection, à la logique, à la clarté. En architecture, des styles tels que dorique, ionique, corinthien et romain inspirent plusieurs sculpteurs et architectes.
L’époque néoclassique met en valeur le concept de “culture”, dont le but n’est autre qu’ « éclairer l’esprit des hommes pour les libérer de l’ignorance, de la superstition, de l’obscurantisme grâce au savoir et à la science, en le libérant  de tout ce qui est illusoire »
La contribution de Winckelmann a été cruciale dans ce domaine. Il théorisa le retour au principe classique de la «beauté idéale», à travers la publication de l’œuvre «l’Histoire de l’art dans l’Antiquité», en 1763, convaincu que le style classique devait être conçu comme une beauté idéale caractérisée par une “noble simplicité”.
Contrairement aux autres «styles», celui défini conventionnellement comme «Napoléon III», se présente comme un style typiquement “éclectique ».

Le Château de Bagatelle, Ville d’Abbeville


Avec Napoléon III, la France connaît une période de prospérité économique extraordinaire. 
Le rêve de Bonaparte devient réalité: la France devient l’une des plus grandes puissances hégémoniques Éuropéennes. Euphorie et «grandeur» caractérisent parfaitement le stile du Second Empire.Les sculpteurs français excellent dans la production de mobilier en style néoclassique.Des essences de bois précieux comme le bois de rose, l’ébène et d’autres produits exotiques embellissent tous les types de meubles.
L’ancien rêve des Lumières de produire des meubles à la portée de toutes les classes sociales a été réalisé.Si l’industrialisation permet d’élever la production de masse, il est vrai aussi que les ébénistes dignes d’imiter les grands maîtres du passé parviennent encore à s’épanouir: les fameux bijoux de la reine Eugenia da Fossey en sont un exemple. 
En ce qui concerne l’exécution de meubles  majestueux, le retour à la mode du style Boulle est emblématique D’après les plus importants historiens de l’art de l’époque, le style Boulle prend son nom de Charles André Boulle, grand ébéniste au service du Roi Soleil. 

Venus Victrix, alias Pauline Bonaparte


En Italie, le style Napoléon III a eu au départ des effets insignifiants, imposant un mobilier d’imitation Louis XVI avec une valeur ornementale uniquement résolue dans la sculpture et complètement dépourvu de parures de bronze, dans le respect d’un goût plus sobre qui caractérisera toujours le client italien.
En Italie, Rome devient le coeur de l’art néoclassique. Plusieurs écoles et académies furent créées; elles contribuèrent à l’éducation artistique de générations entières de peintres et de sculpteurs. L’Italiedevient, donc, dans le XVIIIème siècle, la destination obligatoire de ce « Grand Tour » qui représentait, pour la noblesse et les intellectuels européens, une expérience fondamentale dans la formation du goût et de l’esthétique artistique. Ce n’est que dans les premières décennies du XXe siècle que le mobilier «à la française» trouve d’importants débouchés commerciaux dans notre pays. Le néoclassicisme tend à disparaître immédiatement après 1815 avec la défaite de Napoléon. Au cours des décennies suivantes, il fut progressivement remplacé par le romantisme qui, en 1830, le supplanta définitivement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.